Archives mensuelles : juin 2015

Vers une fin de la production des Terres rares aux US?

Dépôt de bilan pour Molycorp: vers la fin de la production des Terres rares aux US?

imagesUne fois présentée comme la réponse des États-Unis au monopole de la Chine sur le marché des terres rares, Molycorp (OTCMKTS: MCPIQ), le seul américain producteur de terres rares, a annoncé jeudi qu’elle et ses filiales nord-américaines ont déposé pour le chapitre 11 le bilan. Les résultats du 1er trimestre de la société, publié au début du mois de mai, ont peint un tableau inquiétant, montrant que Molycorp avait pas encore atteint des niveaux de trésorerie de rentabilité d’exploitation, la dette encours est d´environ 1,7 milliards de dollars et risquait a tout moment d’être radiées de la cote de la Bourse de New York.

Les énergies renouvelables sont en plein Boom !

Les énergies renouvelables sont en plein Boom ! Bonnes nouvelles pour les métaux de Haute technologie

Screen Shot 2015-06-26 at 10.02.11Au cour du premier trimestre de 2015, de nombreux fonds consacrés aux énergies renouvelables ont surperformés le S & P 500 nous explique le cabinet de conseil international McKinsey & Co dans un de ses derniers rapport. McKinsey estime que le coût de production des batteries lithium -ion, environ 400 $ par kilowattheure, pourrait être descendu a 150 $ d’ici 2020. Si cette tendance se confirme, les métaux de haute technologie lies au secteur de l´énergie (métaux des Terres rares, argent, lithium, graphite et d’autres) sont assurés d’un avenir radieux.

McKinsey continue :  » En fait, les investissements dans les énergies propres ont augmenté de 17 % en 2014, atteignant $ 270 Milliards, inversant deux années de baisse. Alors que le soutien des politiques gouvernementales demeure crucial, l’investissement en capitaux propres des entreprises d´énergies renouvelables a augmenté de 54 % en 2014. Le déploiement des énergies renouvelables continue d’augmenter. Les États-Unis est en cours pour installer 12 gigawatts de capacité d’énergie renouvelable cette année, ce qui représentent plus que toutes les sources d´énergies conventionnelles combinées en 2015.  McKinsey déclare que le pétrole ne compte plus pour beaucoup pour la production d’électricité – ce qui signifie que les dernières chutes importantes des prix du pétrole auront peu d´influence sur l’économie des énergies renouvelables. En revanche, les énergies renouvelables sont utilisées principalement pour la production de l’électricité, et le cout de celles ci est en nette diminution. En 2011, par exemple il en coûtait $ 279 Milliards pour la production de 70 gigawatts. En 2014, 40 % de capacité supplémentaire ont été installé pour 240$ Milliards. Les études par le National Renewable Energy Laboratory (NREL) montrent que les coûts des systèmes photovoltaïques résidentiels et commerciaux ont chuté un 6 % ou 7 % par an en moyenne entre 1998 et 2013, et de 12 % à 15 % par an en 2012 et 2013. En fait, quand on en vient au prix de l’énergie solaire, même les estimations les plus optimistes n’ont pas été assez optimistes : Le NREL dit que les projections de prix d’aujourd’hui jusqu’en 2020 sont environ la moitié de ce qui a été prédit il y a une décennie.

En 2013, pour la première fois, la Chine a investi plus dans les énergies renouvelables que l’Europe. En 2014, la Chine a investit $83,3 milliards dans les énergies renouvelables et installé 11 gigawatts d’énergie solaire. D´autres pays embraille le pas, l’Inde a prévu d’installer 170 gigawatts de capacité de production d’électricité d’ici 2022. Mais McKinsey se termine sur une note de prudence: Le charbon est encore abondant et pas cher, et le schiste a changé le scénario du pétrole et du gaz.  » En bref, un monde entièrement alimenté par les énergies renouvelables pas pour demain », prévient le rapport.  » la transition sera une transition à long terme – une question de décennies et non d´années. Mais la résilience du secteur face aux fortes baisses des cours du gaz et du pétrole est un signe qu’il peut être juste sur son chemin “.

Prix du graphene – Des prix abordables pour bientot

Graphène – Des prix abordables pour bientôt

image

Evolution et previsions du Prix du graphene

Tout le monde convient que le graphene est un matériau incroyable. Le graphene a une meilleure mobilité des électrons que n´importe quel autre matériaux, il est mince, flexible, en étant plus fort que l’acier (il possède une résistance à la rupture 200 fois supérieure à celle de l’acier et qu’il est 6 fois plus léger). Pour cette découverte, Andre Geim a reçu, avec Konstantin Novoselov, le prix Nobel de physique en 2010. Les possibles applications sont nombreuses ; fabrication de batteries, de cellules solaires, de transistors électroniques, écrans flexibles, de capteurs, et des dizaines de brevets sont déposées chaque année pour des inventions allant de pneus au graphène, aux téléphones cellulaires flexibles.

Cependant, ce qui semble plus difficile à prévoir est ; quand ? Comment ? ce materiau sera sur le marché en grandes quantités. Le prix du graphène est proportionnellement lié à sa qualité, et toutes les applications ne nécessitent une qualité supérieure. Par exemple, l’oxyde de graphène (poudre) est peu coûteux et a été utilisé pour fabriquer un papier conducteur de graphène, pour de l´ analyse de l’ADN, et pour d’autres applications composites et de biotechnologie de pointe. L´oxyde de graphène en solution se vend par exemple dans les 100 euros par 250 ml. Il peut être aussi produit de plusieurs manières, dont : exfolié (technique mise au point en 2004); épitaxié, ou par CVD source

Dans plusieurs années, les prix du graphène peuvent descendre en dessous de celui du silicium, permettant au graphene de concurrencer tous les marchés désormais dominés par le silicium, tels que l’informatique, la fabrication de puces, capteurs, cellules solaires, etc.. Dans l’intervalle, le graphène continuera à être utilisé pour de nouvelles applications que d’autres matériaux ne peuvent tout simplement pas supporter. Par exemple, dans les futurs smartphones flexibles, car le silicium est fragile et se brise lors d’une flexion. Plusieurs techniques ayant pour but de rendre le graphène exploitable ont vu le jour ces dernières années.

Depuis 2009, de nombreux projets publics et privés ont vu le jour avec pour objectif de diminuer le coût de fabrication, jusqu’alors prohibitif, du matériau. Parmi ces programmes, on peut citer une première tentative de Ningbo Moxi Co. Ltd1, qui se serait lancé en juillet 2011 dans l’étude et la construction d’une ligne de production capable de fabriquer30 tonnes de graphène par an à un coût qui pourrait être inférieur à 1 $ le gramme.

L’économie collaborative a déjà créé 17 entreprises milliardaires

L’économie collaborative a créé 17 entreprises milliardaires 

L economie partageeL´économie du partage est un Big big business. Pour ceux qui douterait encore que le monde est en pleine évolution, Il y a maintenant 17 entreprises milliardaires, dont 60 000 employés et 15 milliards $ de dollars levés en financement participatif, selon Jérémie Owyang et Profils VB, un celebre cabinet d’audit. Cela inclut le vénérable eBay, fondée dans les brumes sombres de l’antiquité technologique, et de nouveaux venus comme Etsy, Chegg, WeWork, Airbnb, et bien sûr Uber. Alors que la plupart de ces startups sont relativement récentes – beaucoup sont devenus milliardaires en moins de quatre ans – et ont pris racines en plein marasme économique. Fait intéressant, huit des 17 sont basées en Californie, alors que 12 des 17 sont basées aux États-Unis. Cette prépondérance ne peut pas durer. L’économie collaborative a déjà reçu près de 15 milliards de dollars de financement – c´est plus que la totalité de l’espace de réseaux sociaux qui a donné naissance à des géants comme Facebook, Twitter, snapchat. Si cela est un indicateur, l’économie collaborative en est encore à ses balbutiements, et de nombreuses autres entreprises milliardaires sont en incubation et à venir.

Screen-Shot-2015-06-04-at-12.03.18-AM-764x600Prosper: 1,7 milliard de dollars

Ola: 1 milliard de dollars

Uber: 40B $

Instacart: 2 milliards de dollars

Lyft: 2,5 milliards de dollars

WeWork: 5B $

TransferWise: 1 milliard de dollars

Airbnb: $ 10B

FundingCircle: 1 milliard de dollars

Kuaidi Dache: 8.8 milliards $

Les cours du Platine a leurs plus bas depuis six ans

Les cours du Platine a leurs plus bas depuis six ans

Prix du platineComme nous l´évoquions dans de précédents articles, les destins du platine et du palladium (son frère) se croisent. Selon le The Wall Street Journal, le platine a atteint son prix le plus bas depuis 6 ans, pour toucher les 1,088.60 $ l’once, sur le COMEX de New York; soit le plus bas depuis Mars 2009. Malgré de nombreux problèmes sociaux, l´Afrique du Sud, le plus grand producteur de platine au monde est maintenant montée en puissance et ouvert de nouvelles opérations dirigées par Anglo American Platinum. La faible demande au moment où les producteurs sud-africains ont normalisé la production … a entraîné l´effondrement des cours du platine.

Cette déclaration tombe en ligne avec les prédictions de William Tankard, directeur de l’exploitation minière et des métaux précieux chez Thomson Reuters qui déclarait en Mars que même si le platine est toujours en déficit, la poursuite de lancement de nouvelles mines pourraient saper les fondamentaux à long terme. De plus, les ventes d’automobiles européens ont baissé ces derniers mois, chutant de 24% en Avril, et cette baisse pourrait se prolonger si les risques de négociation du règlement de la dette grecque augmentent. Globalement, le prix du platine au comptant est en baisse d´environ 10% depuis le début de l´année, soit la plus forte baisse sur le secteur des métaux précieux.

La mort du charbon est programmée

La mort du charbon est programmée

Le fonds souverain de Norvège, Axa, Société générale, l’Eglise d’Angleterre, Total, Shell ou BP… tous ne veulent plus trop entendre parler du charbon. Pourquoi ? Evidemment, l´explication est environnementale, deuxième source d’énergie la plus utilisée au monde, le charbon est aussi extrêmement polluant, environ deux fois plus que le gaz par exemple. L’écologie, nouveau cheval de bataille des entreprises et des Etats ?

Un réveil des consciences écologiques est indéniable – j’en prends pour preuve les récentes déclarations de la Chine ou des Etats-Unis en faveur d’un plafonnement, voire d’une très progressive réduction, de leurs émissions de gaz à effet de serre –Si les associations qui militent en faveur d’une lutte contre le réchauffement climatique et les émissions de gaz à effet de serre trouvent une oreille un peu plus attentive auprès des banques, investisseurs et entreprises, c’est qu’il y va de plus en plus de leur réputation. La prise en compte des enjeux environnementaux (la green-réputation) apparaît de plus en plus dans les objectifs et les résultats annuels de nombre de grandes entreprises – même si les conséquences concrètes de cette évolution appartiennent encore essentiellement au domaine du symbolique. Plus, un grand groupe énergétique ne peut se permettre de faire l’impasse sur les questions environnementales aussi bien dans sa communication que dans ses projets. Un exemple parmi d’autres, fin mai, trois grandes banques françaises – BNP Paribas, Crédit agricole et Société générale – se sont engagées à ne pas financer les très controversés projets d’exploitation minière du bassin de Galilée (Australie) qui, outre du charbon, abrite la Grande Barrière de corail.Voilà donc pour l’éco-réputation… Le « vert », cet Eldorado économique

Et puis il y a les intérêts économiques bien compris. Depuis quelques années, après avoir souvent traîné des pieds, les géants de l’énergie s’intéressent à d’autres sources énergétiques – L’année dernière, les investissements mondiaux dans le secteur des énergies renouvelables ont ainsi progressé de 17%, pour atteindre 270 milliards de dollars. Tous les grands groupes énergétiques ou pétroliers affichent maintenant leur volonté de se diversifier vers des énergies moins carbonées et parlent à tout-va de mix énergétique. L’ère du tout « énergies fossiles » est révolue. Engie (ex-GDF-Suez) annonçait par exemple début janvier qu’il avait l’intention de doubler sa production d’électricité via les énergies renouvelables d’ici 2025. Qu’est-ce que cela signifie

Selon un récent rapport de l’Agence Internationale de l’Energie, les investissements mondiaux dans le secteur gazier vont très fortement augmenter dans les années qui viennent pour atteindre les 8 700 milliards de dollars entre 2014 et 2035 (contre 1 000 milliards pour le charbon, et 2 200 milliards dans les énergies plus vertes). Le gaz va clairement continuer à concentrer toutes les attentions dans les années à venir, et une évolution de la réglementation sur le charbon et le prix du carbone devrait lui donner un énorme coup de pouce supplémentaire. Source| Cécile Chevré | Catégorie: Matières premières & Energie

 

Bullish on Cobalt

supply-and-demand-300x199

Utilisé en métallurgie pour les superalliages pour certaines pièces dans les turbines à gaz. Les alliages résistants à la corrosion, comme catalyseur dans l’industrie chimique et pétrolière. Une part importante de plus en plus importante (env. 30%) est utilisée dans la fabrication d’accumulateurs, secteur en pleine évolution et une autre (7 %) dans la fabrication d’aimants. Les qualités du cobalt en font l’une des huit matières premières stratégiques considérées comme indispensables en temps de guerre comme en temps de paix c´est aussi pour sa toxicité que ce métal fait débat.

Si sa toxicité est supposée depuis longtemps (le mot cobalt provenant d’ailleurs de l’allemand kobalt; un esprit maléfique qui hantait les mines dans la tradition germanique), elle est bien réelle due à ses propriétés chimiques: radio toxicité et aux actions des autres métaux qui l’accompagnent souvent dans la nature (arsenic, et moindrement cuivrenickelmanganèse). Comme si cela ne suffisait pas, eau, air, sol et écosystèmes sont pollués par les mines et l’industrie du cobalt.

Si il existe une raison d´être positif sur le cobalt, c est bien pour des raisons économique en raison d’un manque potentiel réelle d’approvisionnement fiable. Environ 85% de cobalt qui est utilisé aujourd’hui vient de la République démocratique du Congo et nous savons qu´il existe d´important défis dans ce pays, y compris de gros problèmes d’infrastructure ce qui représente un challenge pour les utilisateurs tels que Tesla Motors (NASDAQ: TSLA). Il va falloir trouver beaucoup plus de cobalt bientôt….

Pékin fait chuter les prix sur les Terres rares

Le prix des terres rares a chuté en mai. L’explication tient dans la disparition de la taxe sur les exportations de terres rares au premier mai, disparition qui a ramené les prix

Indice prix des terres rates Juin 2015

Indice prix des terres rates Juin 2015

internationaux au niveau des prix chinois, soit 15 à 25% moins chers. Son remplacement par une taxe sur la production n’a pas encore permis aux prix de rebondir.

Incertitude sur le marché

Depuis le 1er mai les producteurs de terres rares doivent s’acquitter d’une taxe sur la production de terres rares, en remplacement de l’abandon de la taxe sur les exportations. Cette taxe, allant de 7,5% pour les terres rares légères à 27% pour les terres rares lourdes, n’a eu encore qu’un impact « limité » sur les prix tant la situation reste incertaine. Cette taxe ne serait pour l’instant appliquée que sur la production de minerai, et non sur celle d’oxyde et de métal. Si l’on ajoute l’importance des stocks chinois, les clients n’ont pas été incités en mai à revenir à l’achat. Pourtant cette réforme ne devrait pas manquer à l’avenir de changer en profondeur le marché des terres rares.
Elle vise d’abord à rééquilibrer le marché des terres rares, victime actuellement d’une surproduction qui pèse sur les prix. L’introduction de cette nouvelle taxe devrait ainsi permettre de réduire la production de terres rares, et en particulier de terres rares lourdes. Cette ambition devrait être aidée par la réduction de la production illégale de terres rares, qui représenterait selon l’Etat chinois près de 36% du marché officiel. En bénéficiant des revenus de cette taxe, les régions vont être incitées à lutter plus efficacement contre cette production. Toutefois certains analystes soulignent que l’introduction d’une taxe jusqu’à 27% pourrait à l’inverse susciter des vocations chez les producteurs illégaux de terres rares.