Archives mensuelles : octobre 2015

Essor incroyable des smartphones chinois

Huawei Mate 7Essor incroyable des smartphones chinois

En quelques années, la fabrication de téléphonie mobile a pris un élan flagrant. Les chinois se mettent à confectionner des produits hauts de gamme aux tarifs défiant toute concurrence. Certes, les modèles prennent un peu de retard pour les options comme l’esthétique. Toutefois, leurs ventes cartonnent et attirent d’une manière très surprenante les consommateurs.

Des contrefaçons aux authentiques

Imitations ou reproductions, ce sont des termes presque indissociables à l’image de la Chine. Les Chinois font de ce monde un grand terrain de jeu. Plusieurs domaines sont concernés par le sujet: des chaussures, vêtements, voitures, parfums et produits cosmétiques, accessoires et divers équipements… et surtout téléphone ! Cependant depuis peu sont apparus les modèles d’appareils téléphoniques plus créatifs, voire même atypiques. Les chinois y mettent plus de touches perso et cherchent à rendre différente leur œuvre. Partant de ceux à triple puces, ou ceux qui ont des designs plus particuliers. En tout cas, le concept connait une réussite considérable et leurs inventions sont appréciées. Les applications, les modalités et les options ne s’éloignent pas vraiment de ceux des autres modèles internationaux. Les chinois priorisent largement le rapport qualité-prix, et il faut dire que ce paramètre est un atout qui fait booster les ventes.

Véritables rivaux des grandes marques

Huawei, ZTE, Wiko, Meizu, Xiaomi et Lenovo sont les labels en vogue. A la liste vient de s’ajouter très récemment OnePlus . Leurs modèles se sont peut-être inspirés de certains qui existent déjà mais en tout cas, on ne peut plus dire qu’ils ne leur arrivent pas à leurs chevilles. Voici un exemple qui démontre merveilleusement cette rude rivalité. Concurrent direct des iPhone 6 Plus et le Galaxy Note 4 avec leur design « grand écran », 6 pouces, le modèle Ascend Mate 7 de la marque Huawei est une référence purement chinoise. Il défie les 76 % du LG G3 contre ses 80 % en matière d’écrans couvrant la surface du téléphone. Par ailleurs, comme Apple ils sont dotés de raccourcis IU une-main qui permet d’écrire avec une seule main. Sans oublier le fameux capteur d’empreintes digitales, plus efficace que celui du Samsung Galaxy S5. Par rapport à l’autonomie de la batterie, avec ses 4.100 mAh, elle bat vivement le Samsung Galaxy A7. Que des bons points, il mérite entièrement d’être qualifié de référence!

Il va sans dire que cette impulsion de la téléphonie mobile est une belle illustration de la formidable montée en puissance de l’économie chinoise. Ces gadgets sont devenus indispensables à la vie de tous. Souvent importés, vous pouvez également directement revenir à la source pour vous en procurer en faisant une escale en Chine, qui est également une destination touristique très prisée.

iphone 6 plus

L`UAE investira 35 M $ en 5 ans dans le solaire et le nucléaire

nucleaire_solaire_500lLe riche pays du Golfe UAE veut notamment réduire la part du gaz naturel à 70%, et porter celle du nucléaire à 25% de la consommation d’électricité.

A deux mois de la conférence internationale sur le climat, qui se tiendra à Paris en décembre, les pays du Golfe affichent aussi leur intérêt pour les énergies décarbonées. Les Emirats arabes unis, riche pays pétrolier de la région, vont notamment investir 35 milliards de dollars (31 milliards d’euros) dans le nucléaire et le solaire d’ici 2021, avec l’objectif de réduire leur dépendance au gaz naturel dans la production d’électricité, a annoncé dimanche 4 octobre le ministre de l’Energie, Souhail al-Mazroui, en marge d’une conférence sur l’électricité à Abou Dhabi. « Notre objectif est d’augmenter la part des énergies nouvelles à 30% d’ici 2020/2030, et de réduire celle du gaz naturel à 70% », a expliqué le ministre. « La diversification vise aussi à assurer la sécurité de l’approvisionnement et la stabilité des prix à la consommation », a-t-il indiqué. Les Emirats font néanmoins partie de la cinquantaine de pays qui n’ont toujours pas présenté leurs engagements de réduction des gaz à effet de serre en vue de la COP 21, avec nombre d’autres producteurs de pétrole (notamment Oman, le Qatar, le Koweït, le Nigeria, le Venezuela).

25% de la consommation d’électricité assurée par le nucléaire

Une fois que les quatre réacteurs en construction aux Emirats seront opérationnels, en 2020, le nucléaire « assurera 24 à 25% de la consommation d’électricité dans le pays », a précisé le ministre. Un consortium international conduit par la Korea Electric Power Corp avait remporté en décembre 2009 un contrat de 20,4 milliards de dollars (18,2 milliards d’euros) pour la construction de quatre réacteurs nucléaires de 1.400 mégawatts chacun à Baraka, à l’ouest d’Abou Dhabi. Lire la suite : la tribune

Point Octobre sur les métaux Stratégiques, Terres rares

Point sur les métaux Stratégiques, Terres rares
Situation Macro.
Depuis plus de 3 ans maintenant presque tous les métaux sont confrontés aux même maux et une baisse pratiquement continue de leurs cours: ralentissement économique, surproduction, politiques monétaires… Ceci vaut non seulement pour les métaux de base, mais également pour la plupart des métaux mineurs, ou métaux stratégiques tels que gallium, l’indium ou fameuses terres rares.
Pendant ce temps, un grand nombre de producteurs produisent à perte depuis que l’offre est devenu excédentaire et créé un scénario où les prix continuent de baisser. Certains producteurs ont fermé leur usine ou même déposé le bilan. Dans le même temps de plus en plus de consommateurs et utilisateurs profitent et prennent leur chance pour couvrir leurs besoins à long terme profitant des prix bas actuels, bien qu’il existe encore des incertitudes quand au fait que ceux-ci aient touché le fond. Cependant il ne fait aucun doute que le marche est clairement a l´avantage des acheteurs lire : Evolution des prix des terres rares de 2002 a 2015

Le cour des terres rares est il sur le point de se reprendre et rebondir?
Certains des éléments de terres rares ont montré une certaine résistance et des signes de reprise ces derniers jours. Cela vaut en particulier pour les métaux dits magnétiques que sont le dysprosium, néodyme, Praséodyme et terbium. En Octobre les plus grands producteurs Chinois de terres rares chinois se sont entendu pour réduire leur production afin de stabiliser et réduire le déséquilibre entre l’offre et la demande. China Northern Rare Earth High-Tech Group Co., l’un des géants du secteur des terres rares du pays, a annoncé par exemple couper de 10% sa production et raffinage sur ses quotas annuels. Source :  Si ces mesures militent pour un rebond des cours, encore faudra-t-il que les mesures contre le marche noir et les fonderies illégales confirment cette tendance. D´autres signaux positifs supportent la thèse d´une reprise, dont les statistiques sur les exportations chinoises. Sur les neuf premiers mois de 2015, les volumes à l’exportation ont augmenté de 15,8% par rapport à la même période de l’année dernière et selon le secrétaire de l’association des terres rares Chinoises, la demande pourrait augmenter de 50% jusqu´en 2020..

Cependant, ce début de reprise reste spécifique à certains métaux et applications, par exemple les préoccupations restent importantes sur l´Yttrium, ou la surabondance massive devrait continuer a peser sur ses cours. Il en va de même pour l´Europium qui était il y a quelques années encore l´un des métaux le plus cher. L´intégration rapide des lampes LED contre les fluorescentes a réduit considérablement la consommation d’europium. Si globalement, il y a encore beaucoup d’incertitudes sur le marché. Consommateurs et investisseurs commence a se rejoindre et sniffer la bonnes affaire.

Hafnium – Un Brillant Avenir
L´ hafnium est l’un des rares métaux qui a vu de solides gains cette année. En tant que sous-produit du zirconium la demande de ce métal est très dépendante l’industrie nucléaire et de l’aérospatiale. Le hafnium est utilisé dans les alliages de tungstène de fer, tantale, titane, et comme absorbeur de neutrons dans les barres (ou croix) de contrôle de la réactivité nucléaire.

Exemples de prix offerts en Europe. 

Evolution_prix_du_dysprosium evolution_prix_du_neodymeEvolution_prix_YttriumHistorique_prix_Hafnium

Qui produit le graphène? Examen d’un marché confidentiel

Grupos Electrogenos

Grupos Electrogenos

Ou et Qui produit le graphène? Examen d’un marché confidentiel

Les études sur le graphène sont plutôt récentes, les prévisions sur la taille du marché pour 2015 sont de l’ordre de 24 M $ mais les attentes et perspectives sont énormes «  market size for 2015 are of the order of $24m ». Une simple recherche sur Google renvoie à 10,7 millions de clicks. Les informations les plus fiables renvoies sur environ 76 entreprises à travers le monde. Les tableaux suivants montrent le nombre d’organisations qui produisent le graphène.

 Ou_est_produit_le_grapheneLes techniques pour la fabrication du graphène suivent deux itinéraires: de haut en bas et la méthode ascendante. Plus des deux tiers des organisations produisent du graphene à un procédé «top down» c´est à dire, fabriqué à partir de l’exfoliation du graphite par divers procédés brevetés pour produire des nano-plaquettes. Le tiers restant fabrique en utilisant un procédé de bas en haut, c´est à dire a partir de couche de substrat de cuivre ou du dioxyde de silicium / carbure, avec des processus de brevets protégés.

 comment_est_produit_le_grapheneQu´est ce que cela signifie ?

Si l´on regarde l´ensemble des résultats, les Etats-Unis semble être en avance dans la production de graphène. Cependant la Chine et l’Europe talonnent de très près les Etats-Unis si l´on regarde le nombre de sociétés de production de graphène par CVD. Ceci est important car le procédé CVD est sans doute la voie la plus prometteuse de fabrication de feuilles de graphène qui permettra de réaliser pleinement le potentiel de graphène à l’avenir.

Un marché très secret?

L´industrie du graphène est une industrie plutôt confidentielle ou le secret est plutôt bien cultivé. Cela commence avec les universités ou les centres de recherches et de développement qui se démènent pour attirer des capitaux; indispensables au développement d´un portefeuille de brevets qui protège la propriété intellectuelle de ce matériau miracle. Les fondateurs de ces entreprises publiques et privées ont soulevé d’importantes quantités de capitaux ces dernières années et les enjeux économiques immense.

Graphene-4

Le marché du graphène est encore dans ses premiers stades de croissance, quelque part autour de la compréhension et l’utilisation des premiers tests.

La prochaine étape est critique.

Si son utilisation à grande échelle n’est pas encore prévue pour demain, la stupéfiante polyvalence du graphène donne lieu à de multiples applications commerciales potentielles. De fait, celles-ci sont pratiquement illimitées. La liste ne cesse de s’allonger. En voici quelques exemples :

  • Disques durs capables d’emmagasiner 1 000 fois plus d’information.
  • Les semi-conducteurs sur lesquels s’appuient les ordinateurs ultrarapides de l’avenir (et qui remplacent le silicium).
  • Des écrans flexibles (enroulables et pliables, servant de base à plusieurs dispositifs) extrêmement fins, qui pourront s’intégrer à des systèmes de type « paiement sans contact ».
  • Des appareils photos et des caméscopes à vision nocturne.
  • Des batteries à durée de vie plus longue pour les téléphones portables, les ordinateurs et les voitures électriques (les électrodes de graphène font des batteries dix fois plus durables que celles que nous utilisons aujourd’hui pour recharger nos mobiles).
  • De nouveaux réseaux de télécommunication ultra rapides.
  • Des ultra-condensateurs(pour les automobiles et les trains électriques, et pour améliorer le rendement des lignes de distribution électrique).
  • Des applications aéronautiques : pour des avions qui voleront bien plus vite et émettront moins de gaz nocifs dans l’atmosphère.
  • De puissants panneaux solaires, d’une efficacité de 42 % (actuellement, leurs cellules ne convertissent en électricité que 16 % de l’énergie qu’elles reçoivent).
  • Des téléviseurs OLED(Organique LED) qui seront fabriqués dans des matériaux organiques, plus respectueux de l’environnement.
  • Des applications médicales, comme la mise au point de nouveaux vaccins contre le cancer et de capteurs à tatouer sur les dents pour détecter des pathologies.

Articles en relation avec le graphène:

Les énergies renouvelables représenteront 26% de la production d’électricité en 2020

Les énergies renouvelables représenteront 26% de la production d’électricité en 2020

RareMetalBlogLes énergies renouvelables (éolien, solaire, hydroélectricité, etc.) représenteront 26% de la production d’électricité dans le monde en 2020 contre 22% en 2013, prévoit l’Agence internationale de l’énergie (AIE), dans un rapport publié vendredi, plaidant aussi pour des politiques plus volontaires.
D’ici 2020, 700 gigawatts de nouvelles capacités vertes seront installés, soit l’équivalent de 700 réacteurs nucléaires, et cela représentera presque les deux tiers des nouvelles capacités ajoutées au système électrique mondial à cette date, détaille l’AIE dans son rapport de moyen terme sur les énergies renouvelables, publié vendredi. Le développement des énergies renouvelables sera particulièrement important dans les pays émergents. La Chine à elle seule représentera 40% des nouvelles capacités installées. Dans de nombreux pays les énergies renouvelables, et notamment l’éolien terrestre et le solaire photovoltaïque, ont vu leurs coûts de production fortement baisser et deviennent compétitives par rapport à d’autres types d’énergies, explique l’AIE. C’est notamment le cas en Afrique du sud, au Brésil, en Inde, au Moyen Orient ou dans certains Etats des Etats-Unis.

Baisse des couts…

L’agence a également évalué les investissements qui seront faits dans les renouvelables à l’avenir et elle prévoit que 230 milliards de dollars seront mobilisés chaque année d’ici 2020. L’an dernier ils s’étaient élevés à 270 milliards de dollars. Cette estimation découle de la baisse du rythme d’installations de nouvelles capacités mais aussi de la réduction des coûts d’investissement pour les technologies les plus dynamiques, notamment le solaire et l’éolien terrestre. Ainsi, la baisse des coûts de ces énergies, déjà observée ces dernières années, devrait se poursuivre. Pour l’éolien terrestre, les coûts des nouveaux parcs devraient baisser d’environ 10%, alors qu’ils ont déjà diminué de 30% entre 2010 et aujourd’hui. Pour le solaire, les coûts vont encore se contracter d’un quart par rapport à leur niveau actuel, après une baisse de deux tiers depuis 2010.

Réduire les incertitudes –

L’AIE s’avère plus prudente sur les biocarburants, avec une croissance qui se poursuivra malgré la baisse du prix du pétrole mais à un rythme stabilisé. Les biocarburants représenteront 4% de la demande de carburant du transport routier en 2020. Il faudra un prix du baril aux environs de 100 dollars pour voir de nouveaux projets d’usine de production de biocarburants à l’échelle industrielle, estime-t-elle. Le succès du développement des énergies renouvelables, et donc de la lutte contre le changement climatique, nécessite de réduire les incertitudes en matière de réglementation, qui freine un déploiement plus important, prévient toutefois l’AIE. Les gouvernements doivent supprimer les points d’interrogation qui entourent les renouvelables, indique le directeur exécutif de l’agence, Fatih Birol, cité dans un communiqué. Si l’éolien terrestre et le solaire photovoltaïque n’ont plus besoin d’un haut niveau de soutien (public), leur attractivité dépendra fortement du cadre réglementaire et du fonctionnement du marché, juge l’AIE. Dans les pays émergents, les risques sont aujourd’hui les barrières réglementaires, les contraintes de réseaux et les conditions microéconomiques, tandis que dans les pays développés le développement rapide des renouvelables oblige à fermer des centrales électriques thermiques, mettant la pression sur les énergéticiens, détaille l’agence.

Record de vente pour l’iPhone 6S en un week-end

Record de vente pour l’iPhone 6S en un week-end

imgres« Les ventes de l’iPhone 6S et de l’iPhone 6S Plus ont été phénomènales », s’est félicité Tim Cook, le PDG du groupe. Il explique ce succès par les nouvelles fonctionnalités d’écran et d’image des téléphones. Pour l’iPhone 6 et 6 Plus, Apple avait écoulé 10 millions d’exemplaires dans les trois jours suivant leur arrivée en magasin. Pour les débuts de l’iPhone 6S et 6S Plus, la marque bat son record avec plus de 13 millions de téléphones vendus.

« Les (premières) ventes de l’iPhone 6S et de l’iPhone 6S Plus ont été phénoménales, explosant le précédent record de ventes au cours du premier week-end dans l’histoire d’Apple », se réjouit ce lundi Tim Cook, le PDG du groupe, cité dans un communiqué.

La nouvelle technologie 3D Touch

Pour lui, ce sont les nouvelles fonctions de ces modèles qui ont séduit les consommateurs. La marque à la pomme avait présenté début septembre ses nouveaux téléphones plus puissants que la génération précédente et dotés de nouvelles technologies d’écran et d’image.

L’écran tactile a été perfectionné pour intégrer un système réagissant différemment selon la force de la pression exercée par l’utilisateur (« 3D Touch »): il permet par exemple d’afficher un aperçu du contenu d’un courriel ou d’un site internet sans avoir à les ouvrir, ou d’accéder directement à ses contacts favoris dans des applications de messagerie.  Les nouveaux iPhone intègrent aussi un nouvel appareil photo de 12 mégapixels, peuvent filmer des vidéos à ultra-haute définition (4K), et prendre des photos qui s’animent quand on appuie dessus. Ces nouveaux téléphones seront disponibles dans plus de 40 pays à compter du 9 octobre et dans plus de 130 d’ici la fin de l’année.

 

Comment fabrique-t-on une batterie ?

Les mystères de composition et de fabrication des batteries automobiles vous sont révélés, en même temps que les différents types de batteries existants.

batterie-lithium-ion-depannage-installation-informatique-paris-2eme-arrondissement-75002La batterie est l’élément indispensable au cœur de notre voiture : sans elle, pas de démarrage, pas de courant électrique. Mais comment est-elle fabriquée, de quoi se compose-t-elle et quels en sont les différents types ? Après cet articles, les batteries automobiles n’auront plus de secrets pour vous.

Une production en batterie. Il existe, en gros, trois grands types de batteries :

  • Les batteries SLI (Starting, Lighting and Ignition), ou batteries de démarrage, utilisées pour les automobiles à traction non électrique : elles représentent 80% du marché :
  • Les batteries de traction, utilisées pour les véhicules électriques : elles représentent 15% du marché ;
  • Les batteries stationnaires, utilisées en appoint du réseau électrique : elles représentent 5% du marché.

Si vous souhaitez entrer dans le détail, vous pouvez jeter un œil sur ce site.

La batterie de démarrage pour moteur thermique

La batterie classique de voiture, qualifiée de « batterie de démarrage », est la pile du véhicule : c’est elle qui fournit au moteur thermique l’énergie nécessaire à son démarrage. Pour cela, elle doit conférer un courant important sur une période brève. Puis, elle est automatiquement rechargée par un alternateur lorsque le moteur est en fonctionnement. La batterie remplit également une fonction secondaire : alimenter tous les consommateurs permanents (horloge, antidémarrage, récepteur de télécommande, alarme, mémoire de l’autoradio) lorsque le moteur est coupé. Impossible, en somme, de faire sans elle. Heureusement, elle est aisément repérable dans le moteur (il suffit d’ouvrir le capot pour la voir) et facile à changer. Contrairement à d’autres éléments de la voiture, il est encore possible de l’acheter par ses propres moyens (sur le site Yakarouler par exemple) et de la monter soi-même. 250 millions de batteries de ce type sont vendues en moyenne dans le monde chaque année (9 millions en France), et les technologies ne cessent de s’améliorer : pour preuve, la durée de vie des batteries au plomb a été multipliée par 2 en 10 ans.

Comment fabrique-t-on une batterie ?

Une batterie au plomb est constituée d’un ensemble d’accumulateurs, 6 exactement (chacun d’eux ayant une tension nominale de 2,1V), montés en série et reliés par des connexions en plomb soudées. Ils sont logés dans un bac en plastique fermé par un couvercle scellé. Chaque accumulateur se compose d’un ensemble de couples d’électrodes positives et négatives montés en parallèle. Entre chaque couple, on trouve un séparateur.

  • Les électrodes positives sont des grilles formées d’un alliage binaire ou ternaire de plomb dont les alvéoles sont remplis d’une pâte poreuse de peroxyde de plomb ;
  • Les électrodes négatives sont remplies de plomb métallique très poreux : on parle d’éponges de plomb métalliques ;
  • Les séparateurs isolent les électrodes (ou plaques) entre elles afin d’éviter le contact entre les positives et les négatives, qui pourrait produire un court-circuit. Ils prennent la forme de feuilles rectangulaires intercalées entre les plaques positives et négatives. Ils sont des isolants électriques parfaits, sont imperméables aux ions porteurs de charges électriques, empêchent le passage des particules de matière, ont une porosité élevée et une excellente tenue à l’acide sulfurique.

Une fois la batterie fermée, on ajoute de l’électrolyte – une substance conductrice contenant des ions mobiles. Pour les batteries, on utilise de l’acide sulfurique.

Durée de vie d’une batterie

Difficile d’estimer la durée de vie d’une batterie courante, dans la mesure où des facteurs nombreux rentrent en ligne de compte. Certaines conditions d’utilisation tendent néanmoins à réduire la durée de fonctionnement :

  • Des démarrages fréquents et des parcours de moins de 5km (car le temps de recharge est alors insuffisant) ;
  • L’utilisation du moteur à faible vitesse avec beaucoup de consommateurs électriques – par exemple, en roulant de nuit (phares allumés), sous la pluie (essuie-glaces en route), en hiver (chauffage à fond) et dans les embouteillages (moteur qui tourne au ralenti) : la batterie se décharge progressivement ;
  • Des périodes d’arrêt supérieures à deux semaines, répétées régulièrement : décharge profonde ;
  • Des périodes d’arrêt supérieures à deux mois : décharge totale ;
  • L’oubli répété des phares allumés à l’arrêt : décharge totale ;
  • Des températures négatives qui se prolongent : décharge plus importante au démarrage ;
  • Des températures élevées qui se prolongent : évaporation de l’électrolyte ;
  • Des défauts de fabrication (comme des connexions internes mal soudées).

De fait, si l’on prend en compte ces différents facteurs, il est impossible de prévoir avec certitude la durée de fonctionnement d’une batterie, qui peut tenir 10 ans sans soucis ou s’arrêter sans préavis au bout de 2 ans seulement. Sauf exception (défauts de conception qui conduisent à un arrêt brutal, sans signe précurseur), une batterie agonisante montre des signes caractéristiques de l’approche de sa fin, typiquement des difficultés de démarrage qui s’aggravent. Avant que ces signes n’apparaissent, un remplacement préventif n’a aucun intérêt.

Les batteries pour véhicules électriques

La fabrication des batteries pour voitures électriques s’apparente à l’industrie électronique, car elle fait appel à une technologie de pointe à base de lithium-ion. La batterie électrique se compose de trois éléments préalables à son fonctionnement :

  • Une anode (pôle négatif) ;
  • Une cathode (pôle positif) ;
  • Un électrolyte (élément liquide ou solide qui sert de conducteur électrique entre les deux pôles).

Sa fabrication se déroule en trois étapes :

  • Les métaux utilisés (terres rares) pour former l’anode et la cathode de la batterie sont raffinés et broyés en poudre ;
  • Ils sont ensuite mélangés à un solvant, pour former une encre qu’on imprime sur une feuille de métal conducteur ;
  • Enfin, le tout est placé dans un boîtier dans lequel on ajoute l’électrolyte, avant scellage définitif.

La batterie au lithium est l’avenir du marché

Il existe trois technologies différentes pour les batteries électriques :

  • Au plomb : l’anode et la cathode sont en plomb, le courant délivré est ainsi de forte puissance. Ces batteries offrent une faible autonomie ainsi qu’une faible durée de vie.
  • Au nickel : plus performantes que les batteries au plomb et meilleur marché, elles sont néanmoins polluantes et difficiles à recycler (à cause du cadmium).
  • Au lithium : ces batteries regroupent plusieurs technologies utilisant du lithium sous diverses formes. Elles sont les plus performantes, mais leur coût reste élevé.

Les batteries électriques au lithium, nouveau Graal de l’industrie, sont l’objet d’une véritable bataille internationale. Les enjeux de cette bataille sont nombreux, non seulement parce que les industriels s’affrontent pour gagner des positions sur ce marché, mais également parce que la fabrication de ces batteries nécessite des terres rares qui représentent, à elles seules, un objet de querelles commerciales.