Le marché

Le marché des métaux stratégiques


Décrypter les marchés des métaux mineurs demande beaucoup de curiosité car l´exercice mobilise divers domaines de connaissance. Suivre et comprendre l’évolution du cours d’un métal conduit en effet à suivre toute une filière industrielle : à commencer par les projets miniers et leur exploitation, les procédés de raffinage, de métallurgies, de substitution, aux travaux de R&D, et enfin aux développements des filières de recyclage… Une telle diversité impose donc beaucoup d’exigence dans le travail d’analyse, mais elle contribue à le rendre d’autant plus passionnant.

Cette section propose une vision panoramique des principaux facteurs à considérer pour étudier le marché d’un métal mineur et stratégique, afin de compléter ainsi les analyses de l’offre et de la demande présentées dans les sections précédentes. Rappelons que chaque métal doit faire l’objet d’une analyse fine et complète de sa chaîne d’approvisionnement, car, selon le métal considéré, les points de fragilités peuvent se faire à des niveaux très différents. L’analyse doit prendre en compte l’ensemble de la filière amont et aval, depuis la ressource minérale jusqu’au produit fini, et intégrer les activités des investisseurs et intermédiaires de marché.

Le raisonnement proposé dans cette section s’articule autour de principes fondamentaux et génériques (valables pour tout marché), qu’il complète et amende selon les spécificités importantes des métaux mineurs détaillées dans les sections précédentes. Pour synthétiser ces spécificités importantes à considérer, on peut citer les points principaux suivants :

  • Les marchés des métaux mineurs et stratégiques connaissent des volumes d´échanges modestes par rapport aux échanges enregistrés sur les marchés traditionnels des métaux industriels. (- de 200 tonnes par an contre + de 19 Million de tonnes pour le cuivre par exemple);
  • Pour la plupart des métaux mineurs, il n’existe pas de cotation ni de place de marché officielle ; seul le cobalt et le molybdène font figure d’exception car ils sont côtés sur le London Métal Exchange depuis quelques années.
  • La balance entre l’offre et la demande connaît des déséquilibres de nature structurelle : face aux hausses parfois très violentes de la demande, le système productif, sous diverses contraintes, fait preuve d’une grande inertie. L’inélasticité entre l’offre et la demande est d’autant plus grande pour les métaux qui sont des coproduits ou sous-produits d’autres ressources minérales.
  • Conséquence du point précédent, les situations de crises et les ruptures d’approvisionnement sont relativement fréquentes et aiguës sur les marchés des métaux mineurs et génèrent de fortes tensions sur les prix et une forte volatilité.

En commentaire de cette liste, on note de fréquentes divergences des points de vue, selon les acteurs et analystes: En général, les analystes de marche parlent de la balance entre l’offre et la demande comme le facteur déterminant dans la formation des prix; les analystes financiers évoquent plus volontiers les prévisions et attentes du marché ; les spécialistes matières premières attribuent pour leur part les évolutions des cours à l’état des stocks évalués en nombre de semaines de réserves disponibles ; les analystes financiers, pour leur part, associent la hausse des cours à l’essor des investissements spéculatifs.

Comprendre la formation des stocks

Comme pour toute matière première, des stocks peuvent se constituer aux différents maillons de la chaîne d’approvisionnement. Chez les producteurs, ils peuvent se former mécaniquement, lorsque la production excède la demande, ou résulter de choix stratégiques, lorsque les cours sont à la hausse qu’il est jugé préférable de reporter la vente. Sur certains marchés, où la production est très concentrée, la constitution de stocks se révèle parfois être une manœuvre pour forcer les prix à la hausse ; une stratégie à double tranchant, comme en témoigne l’exemple de la société Norilsk présenté dans la section précédente. (lien vers le paragraphe concerné)

Quelques clefs pour décrypter les marchés des métaux mineurs

  • Connaître les mécanismes de formation des prix
  • La rareté ou criticité du métal
  • La balance entre l’offre et la demande
  • Les stocks et leurs taux d’utilisation
  • Les ruptures en cours ou anticipées de l’approvisionnement
  • Les bénéfices, performances et attentes du marché
  • Les niveaux d’investissement

Chez les industriels qui utilisent le métal, la tendance n’est généralement pas au stockage de quantités importantes. Avec la généralisation des organisations à flux tendus, et la gestion souvent strictement comptable des réserves de matières premières, l’accumulation de stocks est souvent mal perçue, surtout en période où les liquidités sont précieuses.

Entre l’offre et la demande, des stocks sont également constitués dans le cadre des activités d´intermédiaires de marché (indispensable pour assurer une meilleure distribution et liquidité du marché) ou d´investisseurs. Pour certains métaux particulièrement critiques et cruciaux, on mentionnera enfin les politiques de stockage stratégique déployées par certaines nations pour sécuriser leur approvisionnement.

Prévoir les tendances à long terme et décrypter les crises conjoncturelles

Pour dresser une synthèse des principaux facteurs appelés à forger les cours des métaux à long terme, on peut se référer à la liste proposée l’institut McKinsey dans un rapport de 2013

  • La difficulté croissante d’accès aux ressources minérales
  • Le déficit de financement pour de nouveaux projets
  • Le défi des compétences
  • La croissance des marchés émergents
  • Les nouvelles formes de la demande
  • L’incorporation des externalités environnementales
  • Les technologies de rupture et recyclage
  • Source: “ Resource Revolution : Tracking global commodity markets” – McKinsey Global Institute – Septembre 2013

Concernant les situations de crises, elles sont beaucoup plus fréquentes et violentes que sur les marchés des métaux majeurs. Elles génèrent parfois des hausses colossales des cours, et une volatilité extrême.

La crise de 2011

China FOB indexed prices
Pour schématiser, on peut distinguer deux principaux types de crises :

Les crises liées à l’offre, liées à des interruptions temporaires et conjoncturelles de la production, de nature accidentelle (incidents techniques, aléas climatiques…etc.), ou intentionnelle (assèchement délibéré de l’offre, stockages stratégiques ou spéculatifs, quotas et restrictions à l’exportation…).

Les crises liées à la demande, provoquées par la diffusion massive d’une technologie de rupture embarquant des métaux mineurs.

Les impacts de tels évènements sur le cours d’un métal dépendent de plusieurs facteurs importants détaillés dans les sections précédentes, notamment le degré de concentration de la production, les quantités de métal utilisé pour chaque application, l’éventualité de produits de substitution…

Les hausses les plus spectaculaires sont généralement constatées lors des crises liées à la demande, lorsque le métal est insubstituable et utilisé en faible quantité. En effet, malgré les quantités faibles mises en jeu par produit, la diffusion massive génère au global une hausse importante et très rapide de la demande, que le système productif est incapable de satisfaire. Pour les industriels, les faibles quantités de métal incorporées par produit font que la hausse, même massive du cours, a peu d’influence sur le coût global du produit. Pour les acheteurs, peu importe donc le prix à payer, le véritable risque s’avérant être celui de pénurie. Ces situations conduisent parfois à de véritables phénomènes d’emballements, les acheteurs procédant alors à des achats compulsifs qui alimentent la hausse exponentielle des cours.

4 réflexions au sujet de « Le marché »

  1. drean

    bonjour quand les enormes stocks nord-coréens seront exploités ?car à partir de cette date là il faudra fuir les placements en terre rare !!!!

    Répondre
    1. drean

      bonjour de meme mon stock se trouve en allemagne en attendant que les cours remontent(x3 sinon rien).mtl index est mis en liquidation à paris.aviat à bordeaux est à la recherche de l’argent de nos investissements.d’autres souhaitent une action commune contre les banques.voila un aperçu du desastre du marché des terres rares.je crois qu’il va falloir etre tres pattient.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *