Un Monde sans Terres Rares?

Que ferions-nous sans terres rares?

Un _Monde_sans_Terres_Rares

Un Monde sans Terres rares

La Chine produit encore la grande majorité des terres rares dans le monde. Que faire si le pays devait couper les vivres au reste du monde? Ann Bridges, entrepreneur et auteur de la Silicon Valley, tente de faire la lumière sur l’importance d’un approvisionnement en terre rare en utilisant la fiction. La question d´un approvisionnement sécurisé hors Chine en terres rares est un sujet récurant depuis des années. La Chine est encore responsable d’environ 95% de la production mondiale d’éléments de terres rares et le grand public est parfaitement au courant de l’importance des terres rares dans leur vie quotidienne, sans parler des dangers que le manque d’approvisionnement poserait.

Le nouveau livre de Ann Bridges, « Mettle Rare, » met en lumière les difficultés qui pourraient surgir à partir d’un embargo chinois d’éléments de terres rares. Politiques et Industriels se confrontent dans ce roman fiction au rythme soutenu et très réaliste. « Ce qui se passe avec la Chine d´une perspective politique est fascinante pour moi,» dit-elle.  »

AmazonBarnes & Noble, Books Inc., Books-a-Million, Kepler’s Books,Tattered Cover,

 

Réchauffement climatique & Enjeux economiques

Le réchauffement climatique fait des envieux…Alors que la fonte de l’Arctique est une mauvaise nouvelle pour le monde, les sociétés minières y trouvent une opportunité unique pour accéder a de nouvelles ressources. En effet, la situation pourrait ouvrir l’accès a d´immenses réserves minérales et attirer des milliards de dollars d´investissements. Une équipe de 911 métallurgistes a mis en place cette infographie qui révèle l´état des lieu et la richesse de la région. On s´en réjouit, ou pas !   source: 

ressources_minerales_en_artique_infographie

Ressources Minérales en Artique

Quels métaux extraordinaires sont utilisés dans l´IPHONE 6S

En 2007 Apple lançait son premier iPhone, depuis ce sont 700 millions d’unités vendus dans le monde entier. Ce best-seller établit depuis la norme pour les Smartphones en termes de performances e fonctionnalités. Cependant, l’iPhone 6S n´existerait pas sans les propriétés extraordinaires des métaux qui tapissent l’intérieur de son boitier.

Interieur_IPHONE_6S

IPHONE 6S Interieur

Écran: L’écran de l’iPhone est beaucoup plus complexe qu´on pourrait l´imaginer. Le verre d’aluminosilicate est bombardé avec des ions de potassium pour sa résistance. Pendant qu´une couche d’oxyde d’indium et d’étain, complète l´écran tactile, et que de petites quantités de terres rares permettent certaines couleurs sur l’écran.

Batterie: L’iPhone utilise l’oxyde de lithium cobalt (LiCoO2) dans sa cathode, 60% étant fabriqué à partir de cobalt. Elle utilise également une anode en graphite et un boîtier en aluminium.

Électronique: Microprocesseur / Puce: est principalement composée de silicium, mais elle est bombardée par des divers éléments tels que le phosphore, l’antimoine, l’arsenic, le bore, l’indium et le gallium pour lui conférer des propriétés électriques supérieures. Micro-Electricité: cuivre, or, argent et tungstène sont utilisés pour les connexions électriques à l’intérieur du téléphone. Des micro-condensateurs a base de Tantale régulent le flux d’électricité. Les soudures sont elles constituées d´étain, cuivre et l’argent.

Son et Vibration: Haut-parleurs et casque: Pour obtenir beaucoup de bruit à partir d’une petite pièce, des super aimants au néodyme sont utilisés. Ils sont fabriqués à partir de néodyme, de fer et de bore, et, parfois, contenant également de petites quantités d’autres terres rares. Les mêmes aimants alimentent également les fonctions vibrantes du téléphone.

Boitier: Le boitier de l’iPhone utilise de l´aluminium de très haute qualité, utilisé dans l´aérospatiale.

Caméra: Verre en saphir ce qui le rend presque aussi dur que le diamant.

SUBSTITUTION?

Sur les 83 éléments stables et non radioactifs du tableau périodique, un total de 62 types de métaux différents entrent dans la composition d´un Smartphone en moyenne. En 2013, des universitaires à l’Université de Yale examinaient ces métaux et métalloïdes à l’intérieur des Smartphones, en évaluant leur substitution. 12 d´entres eux apparaissaient comme critiques et non substituantes.

Klondike_iPhone6S_Melissa

La France doit produire des métaux rares et stratégiques

La_France_doit_produire_des_métaux_rares_et_stratégiquesL’Europe consomme 20% de la demande mondiale en métaux, n’en produit que 5% mais est quasiment 100% dépendante de l’étranger pour les métaux critiques. Or ses besoins en métaux critiques ne cessent de croître, accentuant les prix des cours à la hausse. Les restrictions d’exportations régulièrement imposées par la Chine – premier producteur mondial de terres rares – font ainsi planer le risque d’une pénurie durable pour les pays incapables de produire eux-mêmes les minerais des technologies de demain. Didier Julienne, stratège des ressources naturelles, nous éclaire sur le potentiel minier français et le rôle des métaux critiques dans la transition énergétique.

Pourquoi devons-nous produire des métaux rares et stratégiques à partir de notre sol ?

Notre exposition et notre dépendance aux marchés étrangers représentent une menace à long terme pour notre souveraineté et notre autonomie industrielle. Les États exclusivement exportateurs de minerais deviennent à leur tour transformateurs puis consommateurs. La production de minerai disponible pour chaque marché national s’amenuise et favorise une tension de longue durée sur les prix du marché. Or nous devons et pouvons prendre en main l’exploitation de mines sur notre propre territoire. D’abord pour sécuriser nos approvisionnements mais surtout pour exploiter les mines plus proprement. Nous avons une responsabilité éthique sur l’impact écologique des minerais qui composent nos appareils électroniques. Cet impact diminuerait drastiquement si certains minerais étaient extraits en France. Consommer écologiquement, c’est d’abord produire écologiquement, et il est judicieux de produire en France.

Le potentiel minier français est encore méconnu et peu exploité, à quoi cela tient-il ?

Le sous-sol français est largement inconnu sous les cent mètres de profondeur. Pourtant quelques bons gisements existent et ont été identifiés. Cependant, l’industrie minière reste largement méconnue. Dans l’inconscient collectif et dans certains débats actuels, Germinal est toujours d’actualité alors que son sujet n’est plus à l’ordre du jour. Les industriels n’exploitent plus le minerai comme il y a cinquante ans. Depuis la fermeture de la dernière grande mine française, l’industrie minière s’est considérablement modernisée. La méconnaissance du sous-sol et des évolutions technologiques conduit à une insuffisance de l’investissement et de l’intérêt industriel pour les mines. Peu d’investisseurs et de politiques sont au faîte du véritable potentiel minier français. Certains responsables politiques ont cependant compris l’intérêt d’une dynamique et d’une indépendance nationale dans ce domaine. Les régions françaises acceptent ainsi davantage la perspective du développement d’une véritable filière industrielle minière sur leur territoire. L’action de l’État reste néanmoins fondamentale dans l’exploration et l’exploitation des gisements de minerais critiques et stratégiques.

Aucune mine n’est 100% propre : développer les mines n’est-ce pas contredire la transition énergétique ?

Les métaux rares sont essentiels à la transition énergétique. Leurs propriétés permettent d’accroître la performance et l’efficience énergétique des éoliennes, panneaux solaires et batteries. Pourtant l’impact de la transition énergétique sur l’augmentation de la consommation de métaux n’a pas été pleinement mesuré. Dispose t-on de suffisamment de métaux pour réaliser la transition énergétique ? Combien de nouvelles mines devrions-nous mettre en production afin de soutenir les objectifs de la transition énergétique ? Nul ne peut répondre sans incertitude à ces interrogations. Pourtant, tout les pays souhaitent effectuer leur transition énergétique au même moment. Certains États ont d’ores et déjà annoncé leur intention d’arrêter la production d’énergie produite depuis une centrale nucléaire ou à charbon. En l’absence d’une programmation précise de nos besoins en métaux, la transition énergétique risque de n’être que le passage d’une dépendance à une autre, celle des hydrocarbures aux minerais. Les premières estimations révèlent que le ratio matière première utilisée par kilowatt produit est plus élevé dans les énergies renouvelables que dans les énergies carbonées. Autrement dit, les énergies renouvelables sont davantage consommatrices de métaux rares que les énergies fossiles et nucléaires.

Saul Daupin, Chargé de mission Global Links

La Chine adopte un nouveau plan quinquennal

CHINA-PARLIAMENT-XI JinPing3_2016

Nouveau Plan quinquennal Chinois

La Chine a adopté un nouveau plan quinquennal à l’occasion de la réunion annuelle du Parlement. Couvrant la période 2016-2020, il fixe un vaste programme de dépenses dans les infrastructures et les technologies pour relancer l’économie et « édifier la société de moyenne aisance » voulue par le Parti communiste de Pékin. Avec ce plan d’investissement public, le gouvernement espère compenser en partie le ralentissement dans la construction et l’immobilier. L’objectif : relancer à 6,5% par an une croissance économique qui s’essouffle dangereusement.

Pékin a gardé un objectif de taux de croissance de 6.5pc pour les cinq prochaines années, ce qui devrait permettre à la Chine de préserver son rang d économies à plus forte croissance, mais qui représentera une croissance beaucoup plus lente qu´au cours des deux décennies précédentes. La croissance cette année devrait atteindre 6.5-7pc, contre 6.9pc en 2015. Le gouvernement a élargi son objectif de déficit budgétaire à 3pc en 2016 contre 2.3pc en 2015, les dépenses supplémentaires seront principalement utilisées pour réduire les impôts dans le secteur industriel, plutôt que d´entreprendre des mégaprojets pour stimuler la demande pour les produits industriels, tels que acier. Une partie du déficit financera un fonds de 100 milliards de yuans (15.33bn $) au cours des deux prochaines années pour réhabiliter les travailleurs qui devraient perdent leur emploi du aux surcapacités dans les secteurs de l’acier et du charbon.

Pékin vise à réduire l’offre de produits bas de gamme tels que le charbon, le ciment et l’acier et ainsi se débarrasser des « sociétés zombies » déficitaires chroniques dans le cadre des réformes de l’offre, ce qui devrait entraîner la perte de millions d’emplois. La Chine est engagée dans un objectif de réduire la surcapacité dans le secteur de l’acier de plus de 10pc au cours des cinq prochaines années pour une capacité actuelle d’environ 1,2 milliard de t. Pékin vise à augmenter la production des produits de services, tels que l’infrastructure de l’internet, l’aviation, la biotechnologie et financer la croissance des industries à faible émission carbone.

Le projet de plan quinquennal encourage par exemple les sidérurgistes à déplacer leurs capacités outre-mer. Il a fixé également un objectif de réduction des émissions de dioxyde de carbone par 18pc et de ne pas augmenter sa consommation de charbon évaluée a environ 5 milliards de t par an. Mais la Chine est loin d’abandonner le développement des infrastructures pour transformer le pays en une nation « prospère». Le nouveau plan quinquennal est ambitieux et prévoit egalement le doublement de la production d’énergie nucléaire, la construction de 10 000 kilomètres d’autoroutes et de 50 aéroports, ainsi que la création que 50 millions d’emplois dans les zones urbaines. Pékin garde son objectif de dépenser Yn800bn sur l’expansion de son réseau de chemin de fer cette année, inchangé

Capital-investissement Métaux Stratégiques

L’accès au capital-investissement dans l’industrie des métaux stratégiques
Screen Shot 2016-02-25 at 15.37.17Par: Think Tank Global Links |Annonce de la prochaine conférence | 18 février 2016

Dans le cadre de son groupe de travail «Métaux stratégiques», le Laboratoire d’idées Global Links réunit mardi 29 mars 2016 de 8h30 à 10h30 une session de travail au Conseil économique, social et environnemental (CESE).

Le thème travaillé sera : Quelles stratégies d’attractivité auprès du capital-investissement pour l’industrie des métaux et des matériaux avancés?

Comment mieux faire se rencontrer les attentes des fonds et des industriels ? Quelles formes doit prendre la coopération entre investisseurs et dirigeants d’entreprises une fois engagés dans une relation d’affaires ? Comment développer le modèle d’ «Open Innovation» déjà adopté par de puissants industriels français ? Quels modèles étrangers peuvent inspirer la France ?

L’accès aux financements privés dans le cadre de la recherche de procédés innovants et dans des processus de recyclage et de substitution se révèle, en France, une course d’obstacles. La prudence des gérants de fonds, la fébrilité des banques, la discrétion des «Family Office» participent du même constat: l’exigence de long-terme des industriels se heurte à la logique de rentabilité des investisseurs à relativement court terme.

Conséquence: alors que la recherche française se distingue par une fabuleuse capacité d’innovation, les projets industriels sont souvent condamnés à se consolider en-dehors de nos frontières. Avec un paradoxe: les emplois, les retombées économiques et l’acquisition d’une souveraineté industrielle ou minérale offerts par de nouvelles technologies au départ soutenues par des fonds publics français, profitent in fine à des États, investisseurs ou entreprises étrangers…

A la tête du « Fonds européen des matériaux », rare fonds français spécialement dédié au financement des innovations dans le domaine des matériaux , M. Laurent Bocahut, Managing Partner chez Emertec, proposera des pistes d’action pour sortir l’industrie des métaux de sa peu enviable position de « parent pauvre du capital-investissement ». M. Jean-François Perrin, P-DG de la start up Nanomakers, dont les nano-poudres sont notamment utilisées dans les batteries pour la mobilité électrique, l’aéronautique et le spatial, nous éclairera sur son expérience d’industriel. Les débats seront enrichis de cas pratiques et aborderont la diversité des modèles de financement hexagonaux.

Les interventions se feront en langue française.

Le déroulement de la réunion sera :

8h00-8h30 : Café de bienvenue
8h30-9h45 : Débats et échanges
9h45-10h30 : Networking
Inscription avant le vendredi 11 mars Obligatoire, sous réserve de confirmation, nombre de place limité

Cliquez ici

Le solaire au zenith

Source: Agorra

La révolution solaire est en marche. Plus petit, plus rapides et moins chères. Ce sont là les résultats d’une croissance exponentielle.

L’énergie solaire devient meilleur marché et plus efficiente, et cette tendance s’accélère

L’énergie solaire devient meilleur marché et plus efficiente, et cette tendance s’accélère. Cela entraîne un nombre croissant de nouveaux équipements.

160205_panneaux

 

 

 

 

 

 

 

Le coût de l’énergie solaire s’est effondré et entraîne une explosion du nombre de nouveaux équipements.

160205_prix

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le prix au watt d’électricité générée par le solaire a été plus que divisé par deux au cours des dix dernières années. Le nombre d’équipements a été multiplié par six depuis 2010.

Le graphique parle de lui-même. La chute des prix permet à un nombre croissant de personnes d’utiliser l’énergie solaire comme source d’énergie viable.

160205_nouvelles_capacites

 

Ces chiffres sont ceux de 2014 (les dernières données disponibles de la Solar Energy Industry Association). Le graphique ci-dessus montre par secteur le pourcentage de nouveaux équipements mis en service. L’énergie solaire dépasse toutes les autres énergies.

 

Terres Rares: Une forte croissance attendue..

Une étude pointe vers une hausse de la demande mondiale en métaux de terres rares due a la forte croissance des technologies vertes et renouvelables.

Cartographie_terres_rares_coree_du_nord

Cartographie terres rares en coree du nord

Le rapport du “Global Rare Earth Metals Market 2015-2019 Report,” par ReportsnReports.com, prédit une croissance de 14 pour cent sur le secteur au cours des cinq prochaines années, pendant que les fabricants et gouvernements tentent toujours de gagner un plus grand contrôle du marché.

Actuellement, la Chine contrôle toujours et pour longtemps d´après le rapport la majorité du marché des métaux de terres rares. La Chine par exemple, représente environ 63 pour cent de la consommation des parts de marche au cours de l´année 2014, en termes de consommation. Un leadership qui ne devrait être contester encore sur les 5 prochaines années.

La demande accrue de terres rares pour les industries automobiles et électroniques dans la région restant le moteur du marché national. Pourtant l’entrée potentielle de la Corée du nord comme nouveau pays producteur et nouvelle source de terres rares, n’a pas été traitée dans le rapport. Miroir aux alouettes ou vérité, le pays détiendrait le plus grand gisement au monde de minerais et métaux de terres rares. Difficile en effet de confirmer ou chalenger les information du régime de Pjöngjang.

Cependant il y a de forte chances de croire que la Corée du Nord est assise sur un véritable tas d’or : elle possède de nombreuses mines de charbon, elle aurait la deuxième réserve de magnésite au monde, son sous-sol regorge d’or, de cuivre, de molybdène, de tungstène et donc l’un des plus grands gisements de « terres rares » de la planète. La Corée du Sud évalue à 2 800 milliards d’euros la valeur des ressources naturelles de son voisin nord-coréen. Initialement découvert par des géologues nord-coréens en 2013, qui ont effectué des forages sur le site, les premiers rapports déclaraient qu’il y avait le potentiel de contenir six fois les réserves de la Chine (qui contrôle actuellement plus de 90 pour cent des ressources mondiales) et transformer l’industrie des terres rares dans un avenir proche.

Le principal client de la Corée du nord étant la Chine a 97% Selon le quotidien sud-coréen Dong-A Ilbo, en majorité du charbon et du minerai de fer, partent chez le voisin chinois. La domination de la Chine et la dynamique n´est pas prêt de s´inverser.

Terres rares pour la vie: Interview avec Dr Terre rare

Terres Rares pour la vie : Interview avec Dr Terres rares

Dr terres rares

Dr terres rares

Alors que les scientifiques parlent souvent de l’œuvre de leur vie, peu ont été aussi riche et complète que celle de Karl A. Gschneidner Jr du laboratoire de recherche Ames Laboratory, 85 ans et six décennies de recherche dans les métaux des terres rares. Gschneidner débute ses recherches en 1957, avec une thèse de doctorat sur les systèmes de carbone des terres rares à l’Université d’État d’Iowa. Depuis la portée de ses recherches sur ses métaux ont trouvé échos dans les lasers, l’éclairage, les aimants ou l’électronique grand public. Gschneidner a publié plus de 500 articles dans des revues scientifiques ainsi que plus de 170 chapitres de livres et comptes rendus de conférences, il est titulaire de 15 brevets. Il a passe la majorité de sa vie à étudier la métallurgie physique des terres rares, ainsi que leurs comportements magnétiques, thermiques et électriques. Soixante-deux ans plus tard, ses années de recherche et d’expertise lui valent le surnom de Mr. « Rare Earth ». En l’honneur de son 85e anniversaire et de six décennies de recherche scientifique, nous avons pose quelques questions a Mr Terres rares (M. Rare Earth).

A quoi devez vous le surnom de Mr. « Rare Earth » ?

Il a commencé à être cite il y a environ 20 ans, et il est resté. Certaines personnes voulaient m´appeler « le père des terres rares, » mais je pensais que ce pseudo revenait au premier directeur du Ames Laboratory, Frank Spedding. Il est celui qui a développé les principales méthodes de purification des métaux de terres rares. Donc, Mr. Rare Earth a été choisit.

Comment votre carrière a-t-elle commencé ? à l’Iowa State et Ames Laboratory?

Je suis arrive à l’Iowa State comme étudiant diplômé spécialisé en chimie à l’Université de Detroit, et mon conseiller pédagogique étais de l´Iowa State, il m´a donc recommandé pour mes études supérieures au Ames Laboratory, a un certain Dr Fulmer qui était le directeur adjoint du Dr Spedding.

Après six décennies à étudier les terres rares, ne vous êtes-vous jamais ennuyé ? Quel est celle que vous préférer?

Mes favoris varient au fil du temps; ils sont comme une évolution constante de personnages ou caractère : Néodyme, cérium et le praséodyme sont les plus intéressantes dans la recherche des aimants, l’erbium pour son utilisation dans l’optique… Mais les métaux des terres rares sont tous uniques aux propriétés assez singulières, et nous continuons a découvrir tous les jours davantage sur eux et Il reste encore beaucoup de zone a explorer. Même après 62 ans de recherche, je suis encore surpris de découvrir des choses nouvelles sur les terres rares qui surprennent et intriguent mes collègues chercheurs.

Quand vous avez commencé à étudier les terres rares il y a six décennies, prévoyiez vous a l´époque qu’ils occuperaient une place si importante dans nos technologies actuelles?

Pas du tout. Et je ne pensais certainement pas un jour devoir témoigner devant le Congrès comme je l´ai fait en 2010 et 2011, en plaidant pour la production et l’utilisation efficace des terres rares. L´importance des terres rares dans les technologies et l´industrie a augmenté au fil du temps, et il a été gratifiant de voir la science grandir et se développer avec ces nouvelles technologies.

Que prévoyez-vous à l’avenir de la science-terre rare?

La seule chose que je peux vraiment prédire, et que le meilleur est venir. Je crois qu´il nous reste beaucoup à apprendre sur ses métaux, et que ces perspectives sont passionnantes. Je crois que nous avons à peine commencé à exploiter leur plein potentiel.

Source: Ames Laboratory

Graphène : 5 principales Propriétés

Le graphène est largement considéré et présenté comme le «nouveau matériau miracle» du 21ème siècle, en grande partie grâce a ses propriétés et caractéristiques uniques.

Optimized-graphene

Optimized-graphene

Ces caractéristiques sont aussi variés que de nombreuses. Par exemple, il est à la fois incroyablement résistant, dur et léger et mince. Il est aussi un bon conducteur de chaleur et d’électricité, et est imperméable.

  1. Il est solide

Sa solidité est l’une des caractéristiques les plus souvent cités – et pour une bonne raison. il est le matériau le plus résistant jamais découvert, il est non seulement 200 fois plus fort que l’acier, mais aussi plus fort que le diamant ( stronger than diamond). Des mesures ont établi que le graphène possède une résistance à la rupture 200 fois supérieure à celle de l’acier, tout en étant 6 fois plus léger. Singularité particulièrement intéressante, malgré sa solidité, le graphène peut être à la fois rigide et élastique. Essentiellement, cela signifie qu’il peut être étiré jusqu’à environ 20 à 25 fois sa longueur d’origine sans se briser.

  1. Il est mince et léger

Le graphène a été initialement produit et utilisé comme du scotch. Il peut être très mince, 1 feuille de 1 gramme pourrait couvrir la surface d´un terrain de football. Le graphène est également extrêmement léger. beaucoup plus légers que d’un mètre carré de papier, qui est environ 1000 fois plus lourd.

  1. Il est un bon conducteur de chaleur

Le graphène est non seulement le matériau le plus résistant jamais découvert, mais aussi le plus conducteur de chaleur, plus conducteur que le cuivre ou l’argent.

  1. Il est aussi conducteur d´électricité

En plus d’être un incroyable conducteur de la chaleur, le graphène conducteur d´électricité. Rien de bien surprenant étant donné que les 2 vont de pair -.Ce qui est peut-être plus intéressant, est le fait que les électrons se déplacent à travers le graphène plus rapidement qu’ils ne le font dans n´importe quels autres matériaux, et sont plus mobiles.

  1. Il est imperméable

Enfin, il est imperméable aux gaz, même les plus légers, tels que l’hydrogène et l’hélium.