Archives par étiquette : rupture technologique

Evolution des prix des terres rares de 2002 a 2015

Les prix des métaux de Terres Rares pourraient se redresser, C’est généralement quand tout va mal, que tout s’annonce bien…

Terres_rares

Les matières premières ont connu une impressionnante baisse généralisée au cour des dernières années (Lire plus sur la capitulation des matières premières). Figurant parmi les baisses les plus importantes, les cours des fameuses Terres Rares.

Rien d´étonnant tant ces nouveaux métaux ont cristallisés les inquiétudes et crispations d´une décennie de hausse spectaculaire des matières premières. Malgré tout, ces métaux restent complexes à appréhender car leurs cours obéissent à des logiques macroéconomiques nombreuses, et les facteurs de variation sont multiples. Il serait donc idiot d´ignorer le secteur des terres rares en raison des prix bas du marché et de l’échec des producteurs de l’Ouest. Eventuellement, les producteurs chinois ne pourront indéfiniment fournir le monde avec des terres rares bon marché. Cela peut surprendre surtout après le dépôt de la faillite du producteur et minier américain Molycorp Inc. et compte tenu de l’incertitude entourant la demande de métaux et de l’économie Chinoise, un pays qui contrôle la quasi-totalité des terres rares dans le monde.

Mais depuis que la Chine est devenu leader dans la transformation métallurgique de ces métaux, la Chine importera bientôt des terres rares de Suède ou du Groenland pour nous les restituer sous la forme de produits finis. La demande chinoise de terres rares par exemple serait susceptible d´augmenter de plus de 50% dans les cinq prochaines années. Chen Zhanheng, vice-secrétaire général de la Chambre d´industrie des Terres rares Chinoises, prévoit une augmentation de la consommation intérieure de près de 9% cette année à 97,700 tonnes, et pourrait atteindre près de 150 000 tonnes à la fin de la décennie, contre 90 000 tonnes consommées en 2014. La consommation Chinoise de terres rares pourrait augmenter de 50% d´ici a 2020 : Source Reuters.

  • La demande augmente rapidement…Il n´existe peu de matières premières dont la demande a été multiplie par 30 fois en 50 ans.

C´est le cas notamment dans les technologies militaires, de l’énergie verte, smart phones, tablettes et les risques d’approvisionnement demeurent.

Production de terres rares de 1965 a 2015…

1965: 5,000 tonnes  1975: 20,000t 1985:  30,000t  1995: 55,000t   2005: 110,000t   2015: 145,000t

  • Des prix historiquement bas…Exemple avec le prix de l´Europium

Evolution des prix des terres rares de 1965 a 2015…

1965: $2,500/kg   1975: $1,000/kg   1985: $750/kg   1995: $600/kg   2005: 300/kg   2015: Entre $250/kg et $300/kg (Le kilo d´Europium au moment du pic de 2011 atteint les $3,000/kg).

L’oxyde de lanthane par exemple était évalué autour des 5 $ le kilo fin de 2014, contre 59 $ à 61 $ le kilo fin d’année 2010, tandis que les prix de l’oxyde de cérium est tombé entre 4 $ et 5 $ le kilo contre 60 $ à 62 $ durant la même période, selon un rapport de l’US Geological Survey (Prix des terres rares de 2010 a 2014). Il n y a pas que le cour de ces métaux qui se sont effondrés, les minières ont connus la même sanction frappé par l’effondrement des prix des produits de base et le ralentissement de la demande en provenance de Chine.

Les prix des terres rares ont continué à baisser en dépit du nouveau régime fiscal de Pékin et la mise en œuvre d´une taxe sur les ressources en mai. Mais ce n´est qu´une question de temps avant que ces taxes prennent leurs mesures et que les fondamentaux traduisent une reprise. Certaines entreprises ont déjà commencé à répercuter les coûts plus élevés pour les consommateurs, et de nombreux producteurs qui ont produits a perte fermeront leurs portes avant la fin de l´année (un secteur de production en faillite, ou en manque d´investissement,  est la garantie de voir les prix s´envoler de nouveau … ). La production est d’une rigidité remarquable, et la croissance technologique des pays de l’Asie du Sud-Est, ainsi que d’autres économies émergentes, est à même de modifier ce cycle. Le besoin croissant de produits énergétiques, compte tenu de la rigidité de l’offre, peut provoquer non seulement que les prix ne baissent plus mais augmentent de façon significative. La fin d´un cycle semble avoir été sonnée, la bonne nouvelle c’est que nous sommes peut être à l’aube d’un autre super cycle: africain celui-là, technologique, énergétique ? C’est généralement quand tout va mal, que tout s’annonce bien !

Evolution des prix pour les métaux des terres rares de 2002 a 2015 ( source BRGM)

evolution_des_prix_des_terres_rares_Periode_2002_2015

Evolution des prix des terres rares sur la période 2002-2015

Nitrure de Gallium, le prochain silicium

Nitrure de Gallium, le prochain silicium

Disruptive! Des chercheurs de Cambridge Electronics, un incubateur de la célèbre université américaine du MIT, ont réussi à utiliser le Nitrure de gallium (GaN) pour des transistors qui pourrait remplacer le silicium.

Gallium_nitrogeneAprès 2 ans de recherche et 70 millions de dollars d’investissement, les chercheurs ont développé une alternative plus performante au silicium. Ce matériau pourra être utilisé dans tous les domaines de l’électronique tels que les Datacenter, les voitures électriques et les différents appareils d´alimentation. Ce matériau permettra de réduire la consommation d’énergie de 10 à 20 % à l’horizon 2025 s’il était déployé à grande échelle. Le principal avantage du Nitrure de gallium est qu’il possède 1/10 de la résistance des transistors à base de silicium. Ce qui lui permet une meilleure performance énergétique et une fréquence plus rapide dans les circuits. Cela permettra, par exemple, d’avoir des batteries beaucoup plus compactes tout en étant performantes dans les portables. On pourra aussi utiliser le Nitrure de gallium dans les Datacenters de Facebook, de Google et d’Amazon, qui sont de véritables gouffres dans la consommation énergétique (ces centres de données mangent environ 2 pour cent de l’électricité aux États-Unis.).

Le Nitrure de gallium va aussi débarquer dans les voitures électriques pour offrir plus d’autonomie dans les batteries tout étant très compactes. Cambridge Electronics estime qu’on peut fabriquer les transistors à base de Nitrure de gallium dans toutes les usines qui fabriquent déjà ceux à base de silicium. Le cout est le même, avec une performance est 100 fois supérieur à celle du silicium. CEI utilise par exemple actuellement ses transistors dans les adaptateurs d’alimentation portables utilisant une taille d´environ 4 cm cube de volume – soit les plus petits jamais réalisés.

prototype_de_transistor_electroniqe_au_nitrure_de_gallium

prototype de transistor au nitrure de gallium produit par Cambridge électronique.

L’économie collaborative a déjà créé 17 entreprises milliardaires

L’économie collaborative a créé 17 entreprises milliardaires 

L economie partageeL´économie du partage est un Big big business. Pour ceux qui douterait encore que le monde est en pleine évolution, Il y a maintenant 17 entreprises milliardaires, dont 60 000 employés et 15 milliards $ de dollars levés en financement participatif, selon Jérémie Owyang et Profils VB, un celebre cabinet d’audit. Cela inclut le vénérable eBay, fondée dans les brumes sombres de l’antiquité technologique, et de nouveaux venus comme Etsy, Chegg, WeWork, Airbnb, et bien sûr Uber. Alors que la plupart de ces startups sont relativement récentes – beaucoup sont devenus milliardaires en moins de quatre ans – et ont pris racines en plein marasme économique. Fait intéressant, huit des 17 sont basées en Californie, alors que 12 des 17 sont basées aux États-Unis. Cette prépondérance ne peut pas durer. L’économie collaborative a déjà reçu près de 15 milliards de dollars de financement – c´est plus que la totalité de l’espace de réseaux sociaux qui a donné naissance à des géants comme Facebook, Twitter, snapchat. Si cela est un indicateur, l’économie collaborative en est encore à ses balbutiements, et de nombreuses autres entreprises milliardaires sont en incubation et à venir.

Screen-Shot-2015-06-04-at-12.03.18-AM-764x600Prosper: 1,7 milliard de dollars

Ola: 1 milliard de dollars

Uber: 40B $

Instacart: 2 milliards de dollars

Lyft: 2,5 milliards de dollars

WeWork: 5B $

TransferWise: 1 milliard de dollars

Airbnb: $ 10B

FundingCircle: 1 milliard de dollars

Kuaidi Dache: 8.8 milliards $

« In Elon Musk we trust… »

L’entrepreneur de voiture électrique envisage de construire la plus grande usine de panneaux solaire au monde.

466093487L’entrepreneur, créateur de voiture électrique et pionnier de l´espace envisage de construire la plus grande usine de panneaux solaires au monde à New York, afin de produire de l’électricité pour alimenter votre maison, et votre voiture. Musk déjà président de SolarCity, la plus grande société d´installation de panneaux solaire du pays : a révélé mardi matin l´acquisition d´un fabricant de panneaux photovoltaïques de la Silicon Valley appelé Silevo dans un deal de plus de 350 millions de dollars. La Start-up prétend avoir développé une technologie très ambitieuse pour produire de l´électricité à moindre coût. Jusqu´a aujourd’hui, l’expertise de SolarCity se limitait à installer les panneaux solaires sur les toits, et non les fabriquer. Le pari semble audacieux dans un marche dominé par la surproduction de panneaux fabriques en Chine. Apres de nombreuses faillites dans le secteur, la fabrication photovoltaïque avait presque disparu aux États-Unis.

Construire une telle usine coûtera probablement plusieurs milliards, et SolarCity annonce qu’il est déjà en « discussions avancées » avec des investisseurs potentiels afin de financer l’installation. La société prévoit de démarrer la construction au plus vite et produire 1 gigawatt de panneaux d’ici la fin de l’année 2016. L´annonce arrive 4 mois seulement après que Musk ai annoncé les plans pour construire la plus grande usine au monde de batteries lithium-ion : La « gigafactory » a 5 milliards de dollars permettra à Tesla de produire a moindre cout jusqu’à un demi-million de voitures électriques par an d’ici 2020. Le futur sans hydrocarbures n´a jamais été aussi proche…

Futur des Terres rares & nouvelles Technologies de separation et raffinage

De nouvelles technologies de raffinage de Terres Rares pourraient être déterminant pour les producteurs hors Chine

elementsUne nouvelle technologie de raffinage et séparation des métaux de terres rares par la société « Rare Earth Salts » pourrait être déterminant pour les producteurs hors Chine. Cette société annonce en effet son intention de commercialiser ses activités de traitement et raffinage des métaux de Terres Rares : La société affirme que son procédé de fabrication à faible coût pourrait aider les producteurs hors de Chine et sérieusement concurrencer les producteurs chinois. En concurrence avec les producteurs de terres rares chinois, les coûts de production sont certainement un défi de taille pour les entreprises hors de Chine. Il est un défi que de nombreux analystes ont affirmé comme impossible, ce qui suggère que les utilisateurs finaux finiront par choisir de payer une prime pour un approvisionnement sûr en terres rares.

Pourtant, Rare Earth Salts estime que son processus est respectueux de l’environnement et coûterait moins de 4 $ le kilogramme. Son PDG Allen Kruse affirme même que sa technologie est « la pièce manquante à l’industrie. » « Elle permettra aux producteurs de concentré de Terres Rares actuels et futurs de rivaliser directement avec les prix et producteurs chinois ». La société prétend avoir commencé des tests et prévoit de commercialiser prochainement sa technologie. Si certains analystes restent perplexes, il suscite l´intérêt de toute la communauté minière. Si son Pdg est reste assez discret sur la façon dont la technologie fonctionne, il fait état de réduction significative de flux de déchets dangereux, annonçant le recyclage ou réutilisation de tous ou la plupart des matériaux…A suivre !

Pour plus d´info, lire le communique de presse de Allen Kruse, pdg de Rare Earth Salts

Tesla et la demande de Métaux strategiques

Qu’est-ce que l’annonce des nouvelles batteries Tesla signifie pour le Lithium, Graphite et Cobalt?

powerwall-battery-group@2xJeudi soir dernier, Tesla Motors (NASDAQ: TSLA) a annoncé les détails de sa nouvelle gamme de batteries rechargeables domestiques et professionnelles, marquant un changement énorme pour la société. Fidèle à son habitude, le PDG de Tesla, Elon Musk a fixé un objectif ambitieux en ce qui concerne ses batteries. Il a partagé ses espoirs de voir le monde sortir des énergies fossiles en facilitant le stockage de l’énergie produite à partir de sources comme l’éolien et le solaire. Si le succès paraît certain, malgré le cout ( $3500) encore excessifs pour certains. Beaucoup de lithium, graphite et cobalt seront nécessaires pour toutes ces batteries.

Tesla n´a pas encore confirmé a 100% la composition de ses nouvelles batteries, des matériaux comme le lithium, cobalt cathode – un (oxyde de nickel-cobalt-aluminium) NCA cathode – et graphite semble indispensables. Pour produire chaque Powerwall ( http://www.teslamotors.com/powerwall), on estime a 16 kg de graphite synthétique (ou 16 kg de graphite sphérique provenant de 40 kg de concentré de graphite lamellaire), ainsi que 12 kg d’hydroxyde de lithium, seront nécessaires. Pour les Powerpack, les besoins pourraient être jusqu´a de 10 fois supérieurs. (environ 160 kg de graphite et 120 kg de lithium). Compte tenu de ces chiffres, si la demande pour les batteries décolle comme le préconise TESLA : le marché de ses 3 métaux pourraient en être chamboulé… Si les ressources de matières premières semblent suffisante pour soutenir cette innovation disruptive, c´est la capacité de traitement et de savoir faire qui pose question pour la transformation de ses ressources. La demande accrue aura des conséquences sur le marche du lithium, graphite et du cobalt. D’autres « Megafactories » sont cours de développement en Chine et le deploiment des technologies de stockage est indispensable a la reconstruction d´une économie durable.

Disruptive: Nouvelles Batteries Tesla

Source: Le Monde.fr | 01.05.2015

Pour Elon Musk, son fondateur et patron, Tesla n’a jamais été qu’un simple constructeur de voitures électriques. Mais une société technologique dont la vocation est d’innover dans le domaine de l’énergie. Jeudi 30 avril, l’entrepreneur d’origine sud-africaine a fait un nouveau pas dans cette direction, avec la présentation Tesla Energy, une gamme de batteries dites stationnaires, destinées aux habitations, aux entreprises et aux producteurs d’énergie. « Le monde est principalement alimenté par les énergies fossiles. Nous devons faire quelque chose. Notre but est de transformer totalement l’infrastructure énergétique mondiale pour la rendre totalement durable et sans produire d’émissions de carbone », a-t-il lancé au cours d’une conférence de presse organisée au siège de l’entreprise à Hawthorne, dans la banlieue de Los Angeles. M. Musk ne veut pas seulement accélérer la transition énergétique. Il rêve d’une planète où toute l’énergie consommée proviendrait de ressources renouvelables. « Je crois que cela est à la portée de l’humanité », prophétise-t-il. La solution : le soleil, « qui se lève tous les matins et fournit une quantité incroyable d’énergie », poursuit M. Musk. Mais l’énergie produite par les panneaux solaires doit être stockée afin d’alimenter maisons et usines lorsque le soleil ne brille pas. « Les batteries existantes sont chères, moches et peu fiables. Et elles fonctionnent sous différents systèmes qui ne sont pas compatibles. Il n’est aujourd’hui pas possible d’acheter une batterie qui fonctionne facilement ».

DES BATTERIES QUI POURRONT ÊTRE COMBINÉES « À L’INFINI »

Tesla Energy entend remédier à ce problème avec deux modèles. Pour les logements et les petites entreprises, la société va commercialiser la PowerWall. Ses dimensions sont modestes: 1m30 de haut, 86 cm de large et 18 cm de profondeur. Et son apparence particulièrement soignée. Plusieurs couleurs seront même disponibles. Elle s’accrochera à un mur, à l’intérieur ou à l’extérieur. Deux versions seront vendus cet été aux Etats-Unis, d’un capacité respective de 7 kWh et de 10 kWh. Si cette annonce était attendue, la principale surprise est venu du prix: 3 000 et 3 500 dollars, hors frais d’installation. Avant la présentation, Cosmin Laslau, analyste chez Lux Research, espérait une fourchette allant de 6 000 à 8 000 dollars. Les prévisions dépassaient souvent les 10 000 dollars. De plus, cette facture pourrait être adoucie si les différentes administrations américaines accordent des déductions fiscales, comme elles le font déjà pour l’installation de panneaux électriques. La batterie coûtera 3 500 dollars lors de sa mise sur le marché américain, à l’été 2015, et devrait être disponible dans le monde entier l’année prochaine. | REUTERS/PATRICK T. FALLON. Pour les grandes entreprises et les producteurs d’énergie, Tesla Energy proposera la PowerPack, d’une capacité de 100 kWh. Ces batteries pourront être combinées « à l’infini », promet M. Musk. La société va mener des programmes pilotes au cours des prochains mois, alimentant par exemple un data center d’Amazon et plusieurs supermarchés Target. Une centrale électrique détenue par une filiale d’Edison International testera également ces batteries. Les batteries de Tesla pourront être reliées à des panneaux solaires, mais aussi branchées sur le secteur. Dans ce cas de figure, elles permettront de réduire la facture d’électricité : rechargées pendant les heures creuses, elles alimenteront habitations, usines et bureaux aux heures pleines. « Il faudra cependant plusieurs années pour rentrer dans ses frais », prévient M. Laslau. Autre cas d’utilisation: un générateur de secours en cas de coupure de courant.

LA CALIFORNIE, POSSIBLE PREMIER MARCHÉ

Tesla n’est pas la première société à se lancer sur ce marché, où General Electric, Samsung ou encore LG sont déjà présents. Mais elle dispose d’importants avantages sur la concurrence. Outre son image de marque et son pouvoir marketing, elle bénéficiera certainement de ses liens étroits avec SolarCity, dont M. Musk est président du conseil d’administration. L’entreprise californienne installe environ un tiers des panneaux solaires résidentiels aux Etats-Unis. Les deux groupes ont déjà mené une phase de tests pour équiper quelques centaines de maisons en batteries.Tesla Energy pourra également s’appuyer sur la technologie propulsant ses voitures électriques. Cela lui permettra de bénéficier d’importantes économies d’échelles pour abaisser les coûts de fabrication. Cet atout sera encore plus grand après l’ouverture de sa prochaine usine, baptisée « gigafactory »Ce gigantesque site, implanté dans le Nevada, produira un nombre record de batteries lithium-ion. Laslau estime que les coûts de fabrication par kWh passeront de 266 dollars à 172 dollars au cours des dix prochaines années. A court terme, la majorité des ventes pourraient être réalisées en Californie, où l’énergie solaire représente déjà 5 % de la production globale. L’Etat le plus peuplé des Etats-Unis veut porter cette part à 33 % d’ici à 2020. Il va également contraindre les électriciens à s’équiper d’importantes capacités de stockage.

Audi invente le carburant produit à partir de CO2 et de l’eau

Audi invente le carburant produit à partir de CO2 et de l’eau

Neues Audi e-fuels Projekt:  e-diesel aus Luft, Wasser und OekostromLe nouveau «e-diesel » vient d´être créé, il fonctionne par électrolyse à haute température alimenté à partir de sources renouvelables. Son empreinte carbone est de 0.

Le centre Audi de recherche à Dresde, en Allemagne, a réussi la production des premiers exemplaires de carburant diesel avec une empreinte Carbone de zéro émission – fabriqués à partir de dioxyde de carbone (CO2), eau et des sources d’énergie renouvelables telles que l’énergie éolienne ou solaire. Voir communique de presse Audi : Audi press release.

La fabrication implique d’abord de briser la vapeur en hydrogène et oxygène par électrolyse à haute température. L’hydrogène réagit alors avec le CO2 pour créer un liquide appelé « brut bleu. » Celui-ci est ensuite raffinée pour l’e-diesel. Voir infographie :

audi-e-diesel-production-graphic copy

 

Nous sommes encore loin d´une production a à échelle industrielle. la capacité de production de l´e-diesel étant limite a 3000 litres pour les prochains mois.

Ma prochaine voiture sera une Audi !

Un train atteint la vitesse record de 603 km/h au Japon

Un train atteint la vitesse record de 603 km/h au Japon

Train_a_sustention_magnetiqueUn prototype du futur train japonais à sustentation électromagnétique a atteint mardi les 603 kilomètres/heure, un record mondial, a indiqué la compagnie Central Japan Railways.

Le test, avec des personnes à bord, a eu lieu dans la matinée. « Cette allure de 603 km/h a été maintenue pendant 10,8 secondes » lors de la traversée d’un tunnel, a indiqué un porte-parole de la compagnie selon qui c’est « une première mondiale ». Cette expérience a été faite sur une ligne spéciale de 42,8 kilomètres à Yamanashi (centre du Japon), où est est développé depuis des années ce train « maglev » (magnetic levitation). Il avait récemment établi le précédent record, à 590 km/h, pulvérisé ce mardi avec une vitesse qui équivaut à plus de 10 km par minute ou 170 mètres par seconde. Il s’agissait de tester la stabilité du train, même à une vitesse excédant largement celle qui sera la sienne en service commercial. Central JR est en train de construire une nouvelle ligne dédiée à ce « linear Shinkansen » qui doit entrer en exploitation en 2027 entre Tokyo (est) et Nagoya (centre). Il devrait alors circuler à 500 km/heure pour couvrir la distance de 286 kilomètres en 40 minutes. Source: AFP

Nouvelle batterie qui charge un téléphone cellulaire en une minute

De nouvelles batteries qui chargent votre téléphone en une minute

L’Université de Stanford, et l´équipe du professeur Hongjie Dai ont mis au point de façon accidentelle une batterie qui permettrait de recharger son téléphone portable en une minute, et pourrait être rechargée plusieurs milliers de fois. Selon Dai ce nouveau type de batterie pourrait résister à plus de 7500 cycles sans aucune perte de capacité. La norme avec les batteries lithium-ion typique, est d´environ 1 000 cycles.

vidéo ci-dessous